HARVARD SCHOOL OF DENTAL MEDICINE (BOSTON-USA), 28-29-30 OCTOBRE 2019

MASTERCOURSE German GALLUCCI et David KIM

Nous sommes très heureux de vous proposer cette année, un masters course exceptionnel puisqu’il sera orchestré par le Dr German GALLUCCI et le Dr David KIM, responsable du service de prothèse et de parodontologie de la prestigieuse université de Harvard, à Boston.

L’Implantologie chez le patient parodontalement compromis : Cette formation, entièrement traduite en simultané par le Dr Sara LAURENCIN, parodontologiste, abordera l’ensemble du sujet du renforcement et stabilisation parodontal préliminaires, à l’optimisation du plan de traitement par planification numérique, détaillant les solutions innovantes de prothèses provisoires, les compensations prothétiques des déficits tissulaires...

3 jours d’exposés, 2 chirurgies en direct et un TP, cloturés par une cérémonie de remise des certificats et d’un diner de gala au très confidentiel Harvard Faculty Club.

Le tarif que nous vous proposons comprend la formation entièrement traduite en francais, les pauses déjeunées, la cérémonie au Harvard Faculty Club. Nous proposons également, une possibilité d’hébergement dans un hotel chaleureux à proximité du site de formation (environs 15 mn à pied), sur une base d’une chambre pour 2 personnes, et pour 4 nuits.

JEUDI 30 JANVIER 2020 (9H00-17H30) : OLIVIER ETIENNE   (STRASBOURG, FRANCE)

L'OVERDENTURE IMPLANTO-PORTEE CHEZ LE PATIENT ÂGE ET TRES ÂGE

 La prothèse fixée, sur dent naturelle ou sur implant, est en lien étroit avec les tissus ostéo-muqueux environnants. Le respect de ces derniers assure leur stabilité et surtout la pérennité de la restauration prothétique, tant sur le plan fonctionnel qu’esthétique. Pour que ce binôme soit gagnant, il doit être l’objet d’attention du début à la fin du traitement.  

Tout d’abord, l’examen clinique initial du parodonte doit permettre au praticien de mieux appréhender les options prothétiques envisageables, telles que la solidarisation des restaurations unitaires plurales ou encore plus simplement la situation des limites prothétiques. Il permet aussi, à ce stade, de préciser les nécessités de renforcement du parodonte lorsque celui-ci présente une faiblesse susceptible de nuire au résultat. Enfin, ces étapes initiales doivent intégrer une analyse esthétique de la ligne gingivale et des zéniths gingivaux, lorsque la restauration prothétique s’inscrit dans la région antéro-maxillaire. Les approches minimalement invasives sur les tissus durs de la dent, comme les facettes en céramique, se complètent aisément d’une plastie gingivale simple (gingivectomie) ou parfois plus complexe (élongation coronaire). Chacune de ces interventions répond à des impératifs cliniques et impose une temporisation de cicatrisation qui lui est propre.  

Ensuite, le respect de procédures prothétiques peu agressives, au stade des empreintes comme de la temporisation, permet d’assurer la stabilité ou au contraire le remodelage des tissus mous afin d’optimiser le confort et le rendu esthétique final. C’est le cas dans les techniques de modelage des crêtes édentées ou encore dans la préparation du profil d’émergence.  Enfin, le choix des matériaux prothétiques, des options scellées ou collées, ou des connectiques en prothèse supra-implantaire, constitue le dernier temps thérapeutique, qui doit lui aussi répondre à des enjeux mécaniques, esthétiques et biologiques.  

Lors de cette journée de conférence, nous partagerons et nous développerons avec vous ces différentes notions, au travers de situations cliniques diverses. Nous exposerons aussi bien les certitudes avérées pour certains concepts, que la remise en question de certains dogmes dans la relation paro-prothèse.

 

 

JEUDI 9 avril 2020 (9H00-17H30) : ROMAIN DOLIVIEUX  (STRASBOURG, FRANCE)

Augmentations osseuses autologues en implantologie: greffes 3D

Augmentations osseuses autologues en implantologie: greffes 3D Une restauration implantaire esthétique et fonctionnelle implique une bonne gestion des tissus durs et des tissus mous.  

Compte tenu de sa capacité de cicatrisation et de sa prédictibilité, l’os autogène reste le « gold standard » pour la reconstruction de grands défauts alvéolaires.

La technique de greffe en coffrage, développée par le professeur F. Khoury, se base sur l’utilisation de greffons corticaux mandibulaires préparés de façon spécifique.Cette méthode assure une revascularisation et une régénération rapide du greffon osseux, ce qui garantit une stabilité de l’os greffé dans le temps.

Au cours de cette séance, nous pourrons aborder les conditions d’utilisation de l’os autogène dans la reconstruction pré et per-implantaire pour les petits moyens et grands défauts alvéolaires, ses indications et ses limites.

JEUDI 17 SEPTEMBRE 2020 :  FILIPPO GRAZIANI(PISE,  Italie)

Au cours de cette journée, les critères de choix et les différentes techniques de chirurgie parodontale seront abordées.

L'accent sera mis sur les thérapeutiques de régénération parodontale ayant pour objectif de changer le pronostic de dents parodontalement compromises.Les chirurgies parodontales de régénération et reconstruction parodontales sont maintenant des procédures éprouvées et prédictibles. Elles ont amélioré significativement le pronostic de dents sévèrement compromises et ainsi augmenté leur taux de survie.La prédictibilité et les indications de la chirurgie parodontale régénérative se concentrent principalement sur les défauts infra-osseux.Les défauts infra-osseux apportent en effet un support et un environnement favorables à la stabilité du caillot.

Néanmoins, les défauts infra-osseux constituent une minorité des défauts parodontaux, face aux défauts horizontaux ,péri-apicaux furcatoires et déhiscences, plus nombreux qui retiennent l'attention des cliniciens.

L'objectif de ce cours sera proposer des solutions pour gérer ces cas complexes.

Propulsé par Viaduc Mon site.fr - Tous droits réservés
Ce site est propulsé par Viaduc